Alice Guérin, étudiante du Master 239, engagée dans la lutte contre les changements climatiques avec ACE, a participé aux débats ayant pris place à Marrakech dans le cadre de la COP 22. Dans cet article, elle nous propose de découvrir la COP 22 à travers le spectre de travail du groupe de travail ACE de YOUNGO.

ACE à la COP22: Action for Climate Empowerment (Action pour l’Autonomisation Climatique)

Le groupe de travail ACE de YOUNGO, le Collectif d’associations représentant la Jeunesse de la CNUCC, a participé à la COP 22.

A YOUNGO, on travaille au sein de plusieurs groupes de travail, chacun dédié à des thèmes particuliers. Cette semaine, j’ai rejoint le groupe de travail ACE (Action pour l’Autonomisation Climatique). Nous étions une vingtaine de jeunes de différents pays, de profils variés, et de différentes organisations, et nous nous sommes réunis tous les jours à 9h, après l’incontournable réunion YOUNGO.

L’Action pour l’Autonomisation Climatique fait référence à l’Article 6 de la Convention-Cadre des Nations Unies et l’Article 12 de l’Accord de Paris. Elle déclare que les Parties doivent coopérer afin de prendre des mesures appropriées pour améliorer l’éducation au changement climatique, la formation, la sensibilisation du public, la participation du public et l’accès du public à l’information.

Pour prôner ces mesures, nous avons organisé et accompli plusieurs choses.

Nous avons informé toutes les parties de notre travail

Nous avons adressé des mails détaillant les points focaux des groupes de l’Action pour l’Autonomisation Climatique de chaque pays, en vue d’organiser des rencontres avec eux, et de nous informer davantage sur leurs contributions à ce sujet. Nous avons obtenu plusieurs réponses de négociateurs, enthousiastes à l’idée d’échanger avec le groupe de travail ACE et intéressés par notre travail. C’était très encourageant, car souvent, les emplois du temps des participants à la COP sont trop remplis pour rajouter des réunions supplémentaires. Nous avons donc profité de cet intérêt et de ces retours, et nous avons eu l’opportunité de rencontrer plus de 30 délégués, certains à la tête de délégations, et même le Premier Ministre d’Irlande!

Les sujets abordés au cours des discussions

  • Comment envisagent-ils d’intégrer d’avantage l’action pour l’autonomisation climatique au sein de leurs délégations? Dans leurs pays?
  • Quels efforts entreprennent-ils pour inclure les jeunes dans le processus?
  • Quels sont les principaux défis et problèmes concernant l’action pour l’autonomisation climatique?
  • Selon eux, que manque-t-il à ce mouvement?

Ces réunions ont également été l’occasion de défendre le Programme de Délégation des Jeunes (Youth Delegate Program), de faire la promotion du document politique que nous avons écrit, de présenter notre analyse des plans officiels d’action climatique (NDCs) et bien évidemment militer afin que l’ACE soit une priorité cruciale et fondamentale dans la lutte contre le changement climatique.

13900082_10209478612100374_8429794821846872061_n
Alice Guérin, étudiante dans le master 239, promotion 2016/2017

Le bilan de ces rencontres

  • Un manque de temps pour travailler le thème de l’action pour l’autonomisation climatique dans les différents groupes nationaux
  • Même si la volonté d’implémentation y est, il est difficile de le rendre prioritaire dans l’agenda politique car il y a de nombreux défis existants au niveau national.
  • Finalement, les délégués rencontrés n’étaient pas très bien renseignés sur l’action d’autres parties mais étaient ouverts et enthousiastes à l’idée d’échanger avec elles.

Nous avons pris en compte ces informations et nous avons organisé un séminaire afin de récolter les points focaux nationaux sur l’action pour l’autonomisation climatique, réunissant les personnes intéressées par ce sujet, afin de faire progresser les efforts en la matière.

Notre analyse des plans officiels d’action climatique (NDC) et notre document politique

Nous avons commencé à travailler ces deux documents importants pendant la COY12, durant la semaine qui a précédé la COP22. Nous avons donné un avant-goût de notre travail le Samedi soir, pendant la conférence de presse YOUNGO portant sur le thème « La perspective des jeunes sur la première semaine de la COP22, et les perspectives de la deuxième semaine », et les deux ont été rendus publics le 14 novembre 2016, Journée de l’Education de la COP22.

D’une part, le document politique était destiné à être un document officiel auquel tout le monde pouvait se référer. Nous avons ciblé les points focaux nationaux, le point focal du secrétariat, et tous les jeunes. Ce document détaille nos positions au sujet de l’autonomisation climatique, n’hésitez pas à le lire!

D’autre part, les analyses des plans officiels d’action climatique ont cherché à identifier si l’ACE ou les jeunes étaient mentionnés dans les plans officiels des parties. Notre but était de présenter la considération des jeunes et de l’ACE dans les plans. Malheureusement, les résultats n’étaient pas bons… Certaines parties ne mentionnent aucun de ces deux sujets, et ont dont reçu une « mauvaise note ». Cependant, cela ne signifie pas pour autant que ces parties ne font rien pour les jeunes, mais montre simplement comment l’ACE s’inscrit dans les priorités au niveau de négociation international.

Des applaudissements ont suivi, avec la Princesse Lalla Hasna du Maroc, le Directeur Général de L’UNESCO Irina Bokova, et le Secrétaire exécutif de la CCNUCC Patricia Espinoza.

Le suivi des négociations n’a pas été mis de côté par notre groupe de travail.

Le mercredi 9 novembre, des bonnes nouvelles nous sont parvenues. Deux heures après notre rencontre avec la délégation de Grenade, la pays a affirmé que l’ACE était un « problème délaissé », qui nécessitait davantage de pilotage pendant la négociation de l’Accord de Paris sur « les consultations informelles sur des questions supplémentaires en lien avec l’implémentation du plan d’action ». Après avoir entendu la nouvelle, nous avons suivi la négociation à ce sujet. Nous avons entendu à plusieurs reprises la délégation du Brésil exprimer son souhait d’intégrer l’ACE à l’Organe Subsidiaire pour la mise en application (SBI: Subsidiary Body for Implementation). D’autres pays ont également voulu intégrer l’ACE à l’Organe Subsidiaire de Conseil Scientifique et Technologique (SBSTA: Subsidiary Body for Scientific and Technologic Advice), ou encore le laisser sous l’APA (Ad Hoc Working Group for the Paris Agreement). Cependant, l’Union Européenne et le Groupe de coordination n’ont pas aimé ces idées. Ainsi, ACE va rester sous la tutelle de l’APA jusqu’à 2017…

Et pour la suite?

Maintenant, nous devons préparer la prochaine intersession qui se déroulera à Bonn, en mai 2017. Nous devons tout particulièrement travailler sur le dialogue ACE et sur la révision du programme de travail de Doha sur l’article 6 de la Convention. Ce qui est sûr, est que le groupe de travail ACE se sent renforcé par ces deux dernières semaines, et va persévérer dans son action d’autonomisation climatique aux niveaux régional, national et local, en développant des plateformes et en organisant des événements.